La Boussole chromatique
Christophe Drodelot
Essai

Résumé

Les relations entre les couleurs ne sont pas moins réelles que les couleurs qu’elles impliquent. Le reconnaître, c’est éviter la sempiternelle erreur qui les réduit à des illusions d’optique. Mais c’est surtout se demander en quoi elles consistent. A l’instar des intervalles musicaux, les relations chromatiques peuvent être étudiées et c’est avec la « Boussole chromatique » que se dévoile leur singularité : en tant que passage d’une couleur à une autre, elles sont des distances autant que des directions.

Mais l’expression chromatique n’apparaît qu’à partir du moment où ces dimensions libèrent leur potentiel : depuis leurs variations inséparables et hétérogènes, elles génèrent des forces. La couleur est en ce sens polyphonie. Quelles conséquences pour l’expression picturale ? Car si d’autres composantes, comme les surfaces ou situations spatiales, expriment également des forces, sur quoi se fondent leurs communications ? Et comment rendre compte de leur combinaison ? Il est évident que ces questions s’inscrivent dans une tradition ; un exemple emprunté à Paul Klee illustre cette problématique. Cependant, il reste à montrer comment des forces complexes et divergentes peuvent, néanmoins, constituer un ensemble harmonieux. S’engager sur cette voie conduit inévitablement à questionner notre façon de les sentir.

Les perçoit-on séparément ? Mais alors elles sont des forces spécifiques qui s’incarnent en éléments matériels. Les perçoit-on simultanément ? Dans ce cas, elles sont des forces anonymes qui existent en puissance. C’est à la lumière de l’expérience que nous faisons de leur ambivalence que s’éclaire le paradoxe pictural.

 


Sommaire

Introduction / La couleur : une expression singulière

Première partieL’intensité chromatique

  • Qu’est-ce que l’intensité chromatique ?
  • La couleur comme force
  • Différence entre force et intensité chromatiques
  • Le contraste comme intervalle entre couleurs
  • Les contrastes d’Itten rendent-ils compte de l’intensité chromatique ?
  • L’intensité de contraste comme différence de position des couleurs sur une gradation
  • La transition entre les couleurs comme distance et direction sur la gradation
  • Un ou plusieurs axes chromatiques ?

Deuxième partieLa Boussole chromatique

  • L’intensité de contraste comme combinaison de deux relations chromatiques
  • Situation des couleurs selon leur tonalité
  • Situation des couleurs selon leur luminance
  • Synthèse des deux situations
  • Situations tonales du blanc et du noir
  • Tons intermédiaires entre les couleurs du triangle chromatique et le noir et blanc
  • Rapport entre contraste de tonalité et contraste de luminance
  • Intensités de contraste entre couleurs de base

Troisième partieL’intensification chromatique

  • Différences de luminance et de tonalité : l’orientation des intensités de contraste
  • L’intensification chromatique liée aux distances
  • Le vecteur chromatique comme traduction de l’intensification chromatique
  • Exemples d’évolution de l’intensification
  • L’intensification chromatique liée aux directions
  • Neutralité directionnelle / Intensification directionnelle
  • Trois cas de constance directionnelle
  • Inséparabilité et hétérogénéité des deux intensifications chromatiques

Quatrième partieIntensifications de couleur et de surface

  • L’intensité de surface
  • L’intensification de surface
  • Combinaison des intensifications chromatiques et surface
  • Exemples d’action concertée ou opposée de la mesure et du poids (Paul Klee)
  • Différents cas de combinaison d’une intensification chromatique et d’une intensification de surface
  • Combinaison de plusieurs intensifications chromatiques et de surface : analyse de l’exemple de Paul Klee
  • Comment comparer des intensifications opposées ?
  • Hétérogénéité des intensifications simultanées et opposées
  • Equilibre des puissances et symétrie des séries d’intensifications successives

 Cinquième partieIntensifications simultanées et successives

  • Puissance et composante : la double appartenance des intensifications
  • Répétition des puissances et différences entre séries d’intensifications successives
  • Equilibre et métamorphose des forces
  • Exemple pictural avec trois composantes : couleur, surface et situation spatiale
    • Choix d’une région chromatique et détermination des intensités de contraste
    • Les intensifications chromatiques liées aux intensités de contraste choisies
    • Choix des intensifications de surface
    • Développement formel des surfaces conformément aux intensifications choisies
    • Détermination des intensifications de la troisième composante
    • Développement formel de la troisième composante « situation spatiale »
    • Synthèse et résultat pictural

Conclusion / La force : entre incarnation et puissance


AVERTISSEMENT : Il est expressément déconseillé de reproduire en totalité ou en partie tout texte ou illustration de cet ouvrage ainsi que de les inclure dans d’autres productions électroniques ou de les employer dans des publications. Toute utilisation autre que la consultation requiert l’accord écrit de Christophe Drodelot.


Remerciements à Céline Fichet, Jean-Pierre Guérin et Sabine Mayer pour leur relecture et leurs conseils.